TEST : Death Mark, un visual novel horrifique surprenant

Notre jeu du jour n’est pas une nouveauté. Death Mark est en effet disponible depuis 2017 au Japon, d’abord sur PSVita puis sur d’autres plateformes. C’est la version PlayStation 4 qui nous intéresse aujourd’hui, que l’on peut trouver dans sa version anglaise via l’import. Nous avons mis la main sur le collector du jeu il y a quelques mois de ça, et avons profité des événements récents (et du surplus de temps qui va avec) pour nous lancer dans ce visual novel beaucoup plus prenant qu’il n’en a l’air. C’est parti !


TEST : Death Mark, un visual novel horrifique surprenant lageekroom


Si vous possédez la marque, vous êtes mort… Votre héros est désorienté et se rend au manoir Kujô, ayant trouvé sur lui une carte de visite du lieu. A son arrivée, il va rapidement être mis au courant de la situation par une poupée douée de parole. Etant porteur de la marque sur son bras, il est maudit et mourra dès la nuit passée s’il n’arrive pas à trouver l’origine de son mal. Mais il ne sera pas seul, et d’autres personnages vont se  joindre à ce lieu mystérieux, apportant chacun des indices pour vous aider dans votre enquête. Death Mark est un visuel novel, autrement dit un jeu proposant des images fixes et beaucoup de texte. Cette version PS4 est divisée en 5 chapitres (terminés de notre côté en 12h) ainsi qu’un chapitre bonus déblocable en obtenant la bonne fin. Mais un jeu du genre arrive t’il vraiment à faire peur ? La réponse est oui !


TEST : Death Mark, un visual novel horrifique surprenant lageekroom


Notre enquête va nous emmener dans des lieux bien souvent flippants, comme une école abandonnée, une forêt dans laquelle le taux de suicide est extrêmement élevé ou encore des souterrains. Le joueur devra choisir quel personnage emmener avec lui dans ses déplacements, ce qui influera sur les dialogues mais également les interactions durant l’enquête, et il faudra la jouer fine pour éviter de les voir mourir. Death Mark est donc composé d’images fixes, de longs dialogues, mais également de séquences de recherche, durant lesquelles le joueur déplacera un curseur pour trouver des indices et résoudre des énigmes. On cherche donc ces points d’intérêts afin de débloquer des objets, qui ne seront pas tous utilisables en bout de course. Le tout est assez classique mais fonctionne plutôt bien, et on découvre petit à petit ce qui se trame dans chaque environnement, jusqu’à un boss final bien souvent flippant. C’est à ce moment qu’il faudra utiliser les bons objets pour s’en débarrasser complètement. Deaht Mark est donc une histoire de fantômes, et le stress et la peur sont bien souvent au rendez-vous.


TEST : Death Mark, un visual novel horrifique surprenant lageekroom


On peut mourir, et parfois de manière brutale et inattendue. Le jeu propose en effet des séquences « Live or Die », basées sur des questions à choix multiples. Les réponses porteront sur des textes que l’on a pu découvrir pendant la fouille des lieux ou tout simplement sur de la logique. En cas de mauvaise réponse, le joueur perd des points (il est possible de dénicher des talismans pour en gagner à nouveau) et une fois à zéro, il meurt. Certaines questions sont éliminatoires et une mauvaise réponse entraîne une mort instantanée. Lorsque l’on ajoute à cela des moments plus calmes mais néanmoins oppressants, des musiques et bruitages bien flippants et quelques jumpscares, on obtient une expérience qui parvient à nous faire flipper malgré le côté « basique » lié au genre. Il n’y a que très peu d’animations (personnages ou arrières plans) et le tout est ultra statique, mais le chara design fonctionne bien et des boss bien horribles (mention spéciale à la mariée) parviennent à dynamiser un minimum tout ça. Bien que les décors soient figés, la plupart des illustrations sont vraiment superbes. Il faut toutefois bien garder en tête qu’un visual novel est principalement un enchaînement de textes : si vous vous attendez à survival-horror classique, vous allez vite déchanter. Une nouvelle fois, et pour obtenir la bonne fin, il faudra que tout le monde reste en vie en sauvant l’âme des fantômes plutôt que de complètement les détruire. Une mission pas forcément évident et qui demandera beaucoup de concentration. Ce n’est d’ailleurs pas forcément facile sachant que le jeu est intégralement en anglais. Le niveau est accessible mais certains mots pourront bloquer les novices. Dommage…


TEST : Death Mark, un visual novel horrifique surprenant lageekroom


Si vous aimez les visual novel et que vous aimez vous plonger dans une ambiance flippante, Death Mark est fait pour vous ! Bien que le tout soit très figé et que les animations sont quasi inexistantes, le jeu parvient à proposer une ambiance travaillée et à faire peur. Le tout est bien écrit et l’histoire réserve même quelques rebondissements. Death Mark fait partie de ces jeux de niche qui ne plairont pas à tout le monde, mais si vous recherchez quelque chose de nouveau, il pourrait vous surprendre. De notre côté, et malgré quelques longueurs, nous avons beaucoup aimé !


Death Mark est disponible en version anglaise (compatible avec votre console française) : 



Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *