TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien

Après un Yakuza 6 riche en émotions qui clôturait l’arc narratif de Kazuma Kiryu et l’excellent spin-off Judgment, le Ryū ga Gotoku Studio est de retour avec Yakuza : Like a Dragon, sorti en janvier dernier au Japon. Gros changement en vue pour la licence, avec entre autres un tout nouveau héros et un système de combat chamboulé. Les prises de risque de ce septième épisode sont-elles une réussite ? C’est ce que nous allons voir !


TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien blog jeux video gaming lageekroomNous allons être honnêtes avec vous : nous avions quelques craintes quant aux nouvelles orientations de cet opus. Tout d’abord parce qu’il est forcément difficile de passer après le très charismatique Kazuma et toute sa clique, les 6 premiers opus ayant bercé nos 15 dernières années. Ensuite, parce que le système de combat au tour par tour remplace les fights en temps réel et bien pêchus que l’on adore depuis les débuts de la licence. Et enfin parce que l’on quitte le Kamurocho que l’on aime tant pour un tout nouvel endroit. Ce dernier point est peut-être le moins important, dans la mesure ou on a clairement fait le tour d’un Kamurocho dont on a visité la moindre ruelle. Quoi qu’il en soit, les développeurs rassurent d’entrée de jeu : ils sont toujours aussi doués pour nous raconter une histoire. Il est une nouvelle fois question de famille, d’amitié, de clans, de meurtres et bien entendu de trahison. Après 18 années de prison, votre personnage compte bien retrouver son clan mais va finir dans une poubelle avec une balle dans le corps. Miraculeusement sauvé par des SDF, Ichiban Kasuga va tenter de découvrir pourquoi son clan l’a trahit et a rejoint une famille rivale.


TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien blog jeux video gaming lageekroom


Après des débuts à Kamurocho, le jeu nous fait donc découvrir la ville de Yokohama, avec ses rues plus larges et une surface nettement plus grande qu’à l’accoutumée. Découvrir ces nouveaux quartiers est vraiment chouette, et on y trouve des commerces, restaurants, bars, et divers lieux réservant de sympathiques activités annexes (karaoké, baseball, salles d’arcade, cinéma, bars à hôtesses et bien d’autres encore plus originales). Pas de quoi s’ennuyer, en plus de la quête principale et de la cinquantaine de quêtes secondaires, sans parler des relations d’amitié à gérer, des nombreuses améliorations, armes et équipements à débloquer pour notre équipe de personnages, ou encore des défis et objectifs qui se débloquent en cours d’aventure. Côté durée de vie, il faudra donc compter environ 30h en ligne droite et plus de 40h pour tout faire, ce qui reste dans la moyenne des opus précédents. L’histoire met quelques chapitres à réellement démarrer (après un excellent prologue) mais monte en puissance, et on découvre des dizaines de personnages vraiment intéressants. Des rebondissements et des révélations sont à prévoir, souvent en fin de chapitre pour donner envie de continuer, comme dans une sérié télé. Le scénario est donc vraiment accrocheur, mais on n’en attendait pas moins de la part de développeurs aussi talentueux.


TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien blog jeux video gaming lageekroom


Venons-en maintenant au système de combat, qui était notre plus grande crainte. Passer d’un beat’em up bourré de combos, d’interactions avec l’environnement et de finishs jouissifs à un système au tour par tour avait de quoi refroidir. Spoiler : il n’en est rien. Les combats sont même étonnamment dynamiques, grâce à une chouette mise en scène (les personnages sont en mouvement) et la présence de QTE ou d’une possibilité de contre demandant au joueur d’être toujours au taquet. On retrouve pour chaque héros de son équipe (vous serez parfois 2, 3 ou 4 en même temps) des attaques classiques et spéciales, la possibilité de booster son endurance ou encore son attaque, de se soigner, et même de faire des attaques combinées qui pètent la classe. Toutes ces actions consolideront les liens entre vos personnages, Ichiban ayant lui-même plusieurs critères à faire évoluer (Passion, Confiance en Soi, Gentillesse, Charisme, Intelligence et Style). Le tout est donc bien nerveux et souvent jouissif, et on enchaîne les actions avec fluidité dans une interface de combat s’inspirant beaucoup de celle de Persona 5, ce qui donne encore plus de peps à l’ensemble. Attention toutefois, si les premiers combats restent faciles, le jeu réserve quelques pics de difficulté. On vous demande parfois au début d’une mission d’être suffisamment prêt pour continuer. Si ce n’est pas le cas, à vous les joies du farm ! Il faudra également penser à bien équiper ses personnages en passant chez le marchand du coin. Attention, en cas de défaite, on reprend le jeu avec un seul point de vie par personnage et la moitié de son argent perdue.


TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien blog jeux video gaming lageekroom


Un système de job est présent, qui permet de changer de « classe » de personnage comme dans un RPG classique. Exemple concret, un personnage pourra choisir de devenir garde du corps et de manier le sabre comme personne. Il faudra donc enchaîner les combats et faire monter son rang de job en plus de son XP générale pour choper des niveaux et améliorer sa vie, son attaque ou encore sa défense. Toutes les bases d’un bon RPG sont là ! Yakuza : Like a Dragon n’hésite pas à faire dans l’extrême, et c’est un peu ce qui nous freinait lors des premiers trailers. Certaines attaques vont en effet loin dans le délire, notamment visuel (ceci est justifié dans le jeu), mais le titre sait rester tout à fait sérieux quand il le faut. La narration est excellente, à base de nombreux dialogues et de superbes cinématiques, et nous fait passer par toutes les émotions. De nombreux codes du cinéma sont une nouvelle fois utilisés, apportant certains clichés mais une richesse qui fait plaisir dans un jeu vidéo. Attention toutefois : le jeu n’évite pas quelques longueurs (dont un passage dans les égouts soporifique) et des dialogues à rallonge… Visuellement, le rendu est un poil mitigé. Si les visages sont toujours aussi superbes dans les cinématiques, certaines cut-scenes sont un peu moins bien loties. De nombreux PNj sont clonés et les animations un peu raides rappellent les opus 3 à 5 sur PlayStation 3. Du côté des décors, il y a du très bon et du moins bon. Si l’ambiance de nuit est excellente, avec un belle gestion des couleurs, des reflets et des contrastes, le rendu est plus terne et classique de jour. La direction artistique reste de qualité et franchement immersive, et on s’y croit après seulement quelques minutes de jeu. On regrettera une nouvelle fois que certains personnages soient très en retrait visuellement, et que le tout fasse parfois ancienne génération. A voir ce que cela donnera sur PlayStation 5 (nous avons testé le titre sur PS4 Pro), le jeu n’étant prévu que pour le printemps 2021 sur la console de Sony alors qu’il est déjà disponible sur Xbox Series X. On notera enfin que le jeu propose des voix anglaises ou japonaises, et des sous-titres et menus en français !


A lire également : 


TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien blog jeux video gaming lageekroom


Toutes nos craintes ont été rapidement balayées : Yakuza : Like a Dragon est un excellent jeu ! Nouvelle histoire, nouveaux personnages, nouveau système de combat : la sauce prend vite et le tout est dynamique et facile à prendre en main. Avec son héros charismatique, ses acolytes atypiques et attachants, son scénario prenant et son ambiance géniale, ce nouvel opus nous embarque facilement dans son univers malgré ses limites techniques (PNJ clonés, animations raides, décors parfois vides, quelques textures en deçà). Ce nouvel opus de Yakuza reste une valeur sûre pour les fans de la saga et une belle porte d’entrée pour les nouveaux venus, qui pourront démarrer la saga avec une toute nouvelle histoire et un nouveau héros. Et comme le tout est en français, il serait dommage de passer à côté.


Les +

  • une toute nouvelle aventure et un nouveau héros très charismatique
  • les personnages qui vous accompagnent sont vite attachants
  • système de combat complet et dynamique
  • quelques cinématiques ultra stylées
  • excellente durée de vie
  • activités et missions annexes nombreuses
  • beaucoup d’humour, mais également du suspense et de l’émotion
  • un nouveau quartier nettement plus vaste
  • doublage japonais excellent
  • narration ultra maîtrisée
  • tout en français !

Les –

  • quelques longueurs, dialogues pas toujours passionnants
  • techniquement en dent de scie (personnages secondaires parfois vilains, animations raides)
  • un peu trop de « petits » combats dans les rues
  • il faut accrocher au nouveau gameplay, et surtout au côté parfois « délirant » des attaques

TEST : Yakuza : Like a Dragon, le RPG lui va si bien blog jeux video gaming lageekroom


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *